jeudi 3 juillet 2008

15 otages colombiens, dont Ingrind Betancourt, ont été libérés en Colombie, c'est une bonne chose dont on ne peut que se réjouir. Il y aurait - il y aura - beaucoup à dire sur certains détails troublants (les photos d'Ingrid Betancourt en novembre comparées à son état actuel, le fait qu'il resterait au main des FARC 24 otages, alors qu'on nous parlait de plus de 700 prisonniers, la manière pour l'instant assez peu claire dont nous a été décrit le déroulement de cette opération militaire, etc.), mais vu la débauche d'information que nous recevrons ces prochaines semaines, faisons le choix, ici, de la sobriété.
Voici deux pièces musicales qui racontent la liberté. La première est une chanson de Cesar Isella, Coplas a la libertad (couplets à la liberté), dont je viens de transcrire les paroles. Cette chanson (rare) est gravée sur le disque Los Grandes en vivo, paru en 1984. Isella chantait à l'Estadio Obras, à Buenos Aires. Elle me semble de circonstance. Vous trouverez la traduction à la suite du texte en espagnol.
La seconde pièce est En libertad, de Inti-Illimani, interprété ici par le groupe chilien accompagné de Paco Peña et John Williams, lors d'un concert à Santiago du Chili en 2001.

Il se peut que le chargement des morceaux prenne quelques secondes, soyez patients!



Cesar Isella, Coplas a la libertad

Conozco la perfección
Pero de muy raro modo
Buscando no decir nada
Poder expresarlo todo.

Arbolito y arbolito
Con el rocío no llores
Estan presas tus raíces
Pero tus ramas dan flores.

Libertad, yo te libero,
Haces que mi canto vibre,
Porque no puedo ser libre,
Ni tampoco prisionero.
Ay de mi!

Viví acerca de un río,
Pero estoy muerto de sed,
El río enseña a marcharme
Pero no enseña a beber.

Viví juventud lejana
Tan cerca la muerte ví
Que de pronto tuve ganas
De vestir luto por mi.

Libertad...

Yo reniego y desconfío
Del agua dulce, del mar
Y de cada verso mío
Que me nació sin llorar

Escuchas risas y aplausos
Provocas una emoción
Tu canción, esta, es ya trisas,
Pero aún es tu canción

Libertad...

Quien recuerda como yo
Las fosas que abrió la guerra
Estan cubiertas de tierra
Y que la guerra existió

Los dueños de la soberdia
Tenían siempre razón
El no equivocarse nunca,
Era su equivocación

Libertad...


Je connais la perfection
Mais sous une forme très étrange
En essayant de ne rien dire
Pour pouvoir tout exprimer.

Petit arbre, petit arbre,
Ne pleure pas des larmes de rosée
Tes racines sont emprisonnées
Mais tes branches donnent des fleurs.

Liberté je te libère,
Tu fais que mon chant vibre,
Car je ne peux être libre,
Ni prisonnier.
Pauvre de moi!

Je vécus près d'un fleuve
Mais je suis mort de soif
Le fleuve m'enseigne le mouvement
Mais il n'apprend pas à boire.

J'ai vécu une jeunesse lointaine
J'ai vu la mort de si près
Que soudain j'ai eu envie
De porter mon propre deuil.

Liberté...

Je renie et me méfie
De l'eau douce, de la mer
Et de chacun de mes vers
Qui est né sans pleurs

Tu entends des rires et des applaudissements
Tu provoques une émotion,
Ta chanson, celle-ci même, est déjà un refrain,
Mais c'est toujours ta chanson

Liberté...

Qui se souvient comme moi
Des fosses qu'ouvrit la guerre
- Elles sont recouvertes de terre -
Et que la guerre exista.

Les maîtres de l'arrogance
Avaient toujours raison
Ne jamais se tromper,
Telle fut leur erreur.




Inti-Illimani: En libertad


Quisiera tener alas para volar,
para volar,
quisiera tener alas para volar,
quisiera tener alas para volar.
Para volar
cruzar por el espacio en libertad
cruzar por el espacio en libertad.
En libertad, como los pajarillos
en libertad
que nadie me pregunte: ¿a dónde vas?

Camino sin fronteras quisiera ser,
quisiera ser,
camino sin fronteras quisiera ser,
camino sin fronteras quisiera ser.
Quisiera ser,
sin prisa ni motivo para volver
sin prisa ni motivo para volver.
En libertad, como los pajarillos,
en libertad,
que nadie me pregunte: ¿a dónde vas?

Quisiera ser espuma y ola en el mar,
ola en el mar,
quisiera ser espuma y ola en el mar,
quisiera ser espuma y ola en el mar.
Ola en el mar
que llega hasta la orilla y vuelve atrás
que llega hasta la orilla y vuelve atrás.
En libertad, como los pajarillos,
en libertad.
Que nadie me pregunte: ¿a dónde vas?

Un beso cada día al despertar,
al despertar,
un beso cada día al despertar,
un beso cada día al despertar.
al despertar,
de labios que te dejen en libertad
de labios que te dejen en libertad.
En libertad, como los pajarillos,
en libertad.
Que nadie me pregunte: ¿a dónde vas?


Je voudrais avoir des ailes pour voler
pour voler
Je voudrais avoir des ailes pour voler (2x)
pour voler
Traverser l'espace en liberté (2x)
En liberté, comme les petits oiseaux,
En liberté
Que personne ne me demande: où vas-tu?

Je voudrais être un chemin sans frontières
Je voudrais être
Je voudrais être un chemin sans frontières (2x)
Je voudrais être
Sans hâte ni raison pour revenir (2x)
En liberté, comme les petits oiseaux,
En liberté
Que personne ne me demande: où vas-tu?

Je voudrais être de l'écume et une vague dans la mer
Une vague dans la mer
Je voudrais être de l'écume et une vague dans la mer (2x)
Une vague dans la mer
Qui arrive jusqu'à la rive et reparte (2x)
En liberté, comme les petits oiseaux,
En liberté
Que personne ne me demande: où vas-tu?

Un baiser chaque jour au réveil
au réveil
Un baiser chaque jour au réveil (2x)
au réveil
De lèvres qui te laissent en liberté (2x)
En liberté, comme les petits oiseaux,
En liberté
Que personne ne me demande: où vas-tu?


1 Commentaire:

  1. Michèle a dit...
    J'apprécie ta sobriété car trop de personnes cèdent au battage médiatique ; et... il ne faut effectivement pas oublier tous les autres.