vendredi 5 septembre 2008


1) Scenes de rues insolites


Que se passe-t-il dans cette petite rue d
e Habana Centro?

On distribue, cette semaine, de nouveaux refrigerateurs aux Cubains, ainsi que de nouveaux systemes d'air conditionne. Pour remplacer les anciens appareils sovietiques, les habitants de La Havane ont recu un bon qui les autorise a acheter un nouvel appareil a un prix relativement raisonnable. Lorsque le materiel arrive, c'est donc l'evenement.

De nombreux appartements sont pourvus, ici, d'appareils a air conditionne. Vu la chaleur, on comprend, mais ajoutes aux systemes plus traditionnels de ventilateurs au plafond, et de petits ventilateurs d'appoint, ces differents moyens de rafraichir l'interieur des maisons doivent presenter une consommation electrique dementielle. Dans certains appartements, il y a un climatiseur par piece... Changer les appareils hors d'age est donc plutot une bonne chose dans une ville ou les gaz d'echappement des ladas et des vieilles Chevrolet rafistolees de partout rendent l'air (deja chaud et humide naturellement) proprement irrespirable. Plusieurs Cubains nous ont parle de cette initiative de l'Etat avec beaucoup de satisfaction. En passant dans un "supermarche" reserve aux Cubains, nous avons vu ces cuisinieres, frigos et autres appareils electriques subventionnes que certains peuvent pour ainsi dire echanger contre un bon.


2) Gustave

La region de Vinales, ou nous devions partir aujourd'hui, a ete totalement devastee la semaine derniere lors du passage du cyclone. Nous avons rencontre des Francais qui ont vecu trois jours la-bas barricades dans une maison, sans nourriture, sans electricite, et avec les stocks d'eau en bouteille du village. Ils n'ont pu rallier La Havane qu'en payant au prix fort un particulier. Le frere de notre logeuse, qui vit a Pinar le Rio, dit qu'il n'y a plus de nourriture (deja difficile a trouver pour les Cubains en temps normal, voyez ci-dessous). Les elevages et les cultures ont ete rases et la reserve botanique de la region, l'une des plus importantes de l'ile, a perdu plus de 600 especes de plantes. Les premiers avions d'aide (russes, venezueliens et argentins) sont arrives hier.

Les Cubains ont cette faculte de voir le positif de toute chose, qui fait qu'on nous parlait hier de l'ouragan comme d'un grand malheur, certes, mais qui permet de tester la solidarite des Cubains et des peuples d'Amerique latine en general. Chaque recit d'entraide devient une raison de se consoler des pertes, voire de se rejouir. Quant a la nourriture, on attend qu'elle arrive. Il n'y a pas grand chose d'autre a faire...


3) A la recherche de riz

Nous avions decide de ne pas aider ceux qui nous le demandent, ou semblent nous le demander, en donnant de l'argent, et sommes donc alles hier acheter du riz pour Ibrahim le pecheur (c.f. message precedent). Apres etre entres naivement dans des supermarches ou nous pensions trouver des paquets de riz, pour constater qu'il y avait la avant tout des produits Nestle mais pas les articles de premiere necessite, nous avons finalement decouvert l'un de ces locaux dans lesquels les Cubains vont chercher le riz, la viande et le poisson quand il y en a, les haricots et les oeufs dont ils ont besoin. Nous savions qu'il fallait se munir de pesos cubains, puisque les touristes n'ont a priori rien a faire dans ce genre de lieu (les touristes paient en pesos convertibles, 1 pesos valant environ 1 dollar americain, et les prix etant plus ou moins alignes sur l'Europe). Mais nous n'avions pas pense au sac: il n'y a pas de sacs en plastique jetables a souhait, ici, et notre vendeur s'en est procure un dans un commerce voisin... pour touristes!


4) Presence de la Revolution

Inutile de le preciser, evidemment, la Revolution et ses representants sont presents partout. Mais avec un statut different: le Che est partout partout, aussi bien dans les quartiers populaires que dans les boutiques pour touristes et dans la vieille Havane. La voix de Fidel, elle, s'adresse plus directement au peuple, dans des slogans qui font souvent reference a une histoire nationale que la plupart des touristes ignorent. Voici quelques exemples de tout genre croises aux coins des rues:

Le monument national qui nous a le plus frappes, cependant, et qui laisse meme les Revolutionnaires convaincus perplexes, c'est celui-ci:

Derriere les drapeaux noirs, il y a une representation americaine a Cuba. La nuit, des banderoles de propagande anti-castriste defilent au haut du batiment. Les drapeaux ont donc ete places la pour cacher ces slogans, chaque drapeau etant cense representer une victime cubaine des Etats-Unis. Les jours de fete nationale, les drapeaux noirs sont remplaces par le drapeau cubain. Voci la legende officielle: "Cette colline de drapeaux est une reponse du peuple cubain a l'orgueil perfide du Gouvernement des Etats-Unis; 138 drapeaux flotteront dignement sous les yeux de l'empire, pour rappeler des aujourd'hui chaque annee de lutte du peuple cubain, depuis que nos peres fondateurs crierent l'independance en 1868. Comme a cette epoque, devant l'ombre lumineuse de cette colline, nous continuons a lutter comme des hommes et des femmes libres."

L'effet du monument, au bord de la mer, est saisissant. Et de fait, la nuit, il faut savoir qu'un texte defile derriere pour pouvoir en percevoir quelques bribes...


5) Arnaques insolites

Comme partout, le touriste est a Cuba une proie facile. Outre les prix qui changent sur une carte de restaurant en quelques minutes, les contrefacons, la retape pres des restaurants (toutes choses en lesquelles les Cubains ne rivalisent pas avec les Florentins ou les Romains!!), le plus deconcertant est sans doute la maniere dont certains employes de l'Etat (dans les muses, ou aux abords des batiments interessants) vous soutirent quelques pesos pour un service qui n'en est pas un. On vous proposera par exemple de visiter un musee ferme, de nuit, pour un prix bien entendu superieur a celui de l'entree de jour. Les guides dans les musees sont la plupart du temps improvises sur le moment. Si vous voulez prendre une photo, on vous demande de payer 2 pesos de plus (pesos qui partent directement dans la poche du gardien). Bref, l'uniforme, dans ce pays, ne garantit pas l'honnetete. Ce qui en fait un pays parfaitement semblable a tous les autres pays d'Amerique latine!

Commenter cet article


4 Commentaires:

  1. Anonyme a dit...
    Queridos Nathalie y Samuel,
    El diario de viaje es magnífico, nos aporta una visión aguda, sin velos, de la realidad cubana. Con respecto al tema del suministro de alimentos a la población cubana, es necesario comprender cosas que en las economias de mercado no suceden. Por ejemplo, cada cubano tiene derecho a una cierta cantidad de comida asegurada por el Estado a través de la "libreta"; estos alimentos se distribuyen en las llamadas bodegas, donde los turistas no pueden acceder, porque el stock está "rigidamente" distribuido de acuerdo a una planificación previa. Allí se puedes encontrar arroz, fríjoles, café, aceite, azucar, tubérculos (viandas), tabaco, ron, jabón, carne, pescado, pollo, leche y otros productos básicos. También existen tiendas (shoping) para cubanos y turistas en donde consigues los mismos productos y otros provenientes del "libre mercado" que se venden en moneda fuerte.
    Los alimentos que se pueden "comprar" con la libreta son muy baratos y pueden alcanzar para unas dos semanas; son de buena calidad y hemos estado sentados a la mesa comiéndolos con mucho agrado: verdaderos festines. Es verdad que hoy en día la libreta no alcanza a cubrir la demanda de todo el mes -pero antes eso fue posible-, entonces los cubanos deben comprar en los shoping en moneda fuerte, lo cual si es un problema grave, dado que el ingreso en pesos cubanos es insignificante frente al cambio en CUC. Esto puede explicar en parte la necesidad de la población de conseguir, no importando el medio, algunos CUC para cubrir el déficit. Sin embargo, en general todo el mundo resuelve el problema, porque muchos reciben remesas del exterior o tienen un trabajo en donde tienen acceso al CUC. Es cierto que esto causa malestar y casos de corrupción. No obstante, les sugerimos estar atentos a ver las figuras fámelicas en Cuba, especialmente en los niños, al estilo de las que nos venden las agencias de prensa en otros paises del sur.

    De otra parte, quisieramos ofrecerles la posibilidad de tener un contacto en un barrio popular de La Habana, alejado del centro y de la zona turística, en donde seguramente podrán conocer con mas detalle los habitos alimenticios de los cubanos. La dirección es: Salaria Chinea, calle Santa Beatriz, edificio 9, apto. 2, entre Lourdes y Villoldo, Vibora Park, teléfono 6447965. Esperamos que hablen con ella y muchos saludos de nuestra parte.
    Hasta pronto y esperamos la continuación de tu magnífico relato de viaje.

    Verena y Germán
    Angèle Paoli a dit...
    Nathalie, Samuel,

    Nous suivons de près l'actu-météo. Donnez-nous de vos nouvelles dès que cela vous est possible.

    Nous vous embrassons tous deux très affectueusement,

    Angèle et Yves
    BertranD a dit...
    Une pensée pour ceux qui souffrent à cause des ouragan qui se déchaînent dans les Caraïbes...
    Bien loin du "quotidien cubain", que ce doit être difficile pour vous...
    Bon courage.
    Nathalie a dit...
    Queridos German y Verena,
    Con respecto al tema de la libreta voy a hacer un mensaje porque hable con muchos cubanos y claro que es una situacion compleja que necesita explicaciones mas precisas. Lo hare, pero en el momento, con el ciclon y todo, con una conexion internet muy mala, nos ha salido muy dificil conectarnos...
    Pero no se preocupan, ya escribire mas sobre el tema.
    Un abrazo,
    Nathalie